mercredi 17 décembre 2008

Le cap Leeuwin / VendéeGlobe

source: www.vendeeglobe.org

"Situé dans le Sud-Ouest du continent australien, le cap Leeuwin est le plus méconnu des trois caps qui marquent, traditionnellement, un tour du monde. Ce n’est qu’au 16ème siècle qu’un navigateur portugais découvrit ces côtes hostiles peuplées d’aborigènes et de kangourous, entourant un immense désert…

En 1494, le traité de Tordesillas partage le monde en deux : à l’Espagne, la partie à l’Ouest de l’archipel du Cap-Vert, au Portugal les nouvelles terres de l’Est… Les marchands partent donc à la découverte de nouveaux mondes et surtout de nouvelles richesses. Le Portugais Cristóvão de Mendonça découvrit ainsi la région de Victoria (Sud-Est de l’Australie) en 1522, mais la Terra Australis n’inspirait guère les navigateurs… Et quand la Hollande se libère de la tutelle ibère, les Bataves ne se privent pas de franchir le cap de Bonne-Espérance à la recherche des épices (cannelle, noix de muscade, clous de girofle, poivre…), au risque d’affronter la flotte lusitanienne. La bataille de Bantam en 1601, où cinq bâtiments hollandais se défont de trente galéasses et galions portugais, marque la naissance de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales (VOC) : les marchands peuvent lever des armées, déclarer la guerre, signer des traités…

En 1606, le Duyfken, navire armé à Texel, part ainsi en reconnaissance des Moluques pour la Nouvelle-Guinée, atteint le détroit de Torres et l’équipage débarque au cap York : c’est la première fois que des Européens touchent terre au Nord de l’Australie ! Et côté Ouest, si Willem Janszoon aperçut ces nouvelles terres lui aussi en 1606, Dick Hartog fut le premier Européen à mettre pied-à-terre sur la côte Nord-Ouest, le 26 octobre 1616 : il immortalisa son passage par une assiette en cuivre fixée sur un poteau... Par la suite, la Compagnie Hollandaise imposa à ses navires marchands en route vers Java, de piquer vers les mers australes après avoir fait escale à Bonne Espérance, puis de remonter vers le Nord sur la longitude du détroit de la Sonde. Le cap Leeuwin doit ainsi son nom à l’un des bateaux armés à Texel le 20 avril 1621 en route vers Batavia (Djakarta) : il reconnut la pointe en mars 1622 par hasard, s’étant trompé dans son estimation de route…

De James Cook à Nicolas Baudin

Car reporter sa position au 17ème siècle n’était pas aisé et le 4 juin 1629, le Batavia s’échoua sur les Houtman Abrolhos, un archipel d’îles coralliennes au large de la côte Ouest de ce qui se nommait encore la Nouvelle Hollande. Trois cents naufragés durent subir le délire de Jeronimus Cornelisz, un subrécargue assistant qui imposa sa loi pendant cinq mois jusqu’à l’arrivée du Sardam qui sauva soixante-dix rescapés… En 1770, James Cook prit possession de l’Australie lors de son premier voyage autour du monde, puis Bruni d’Entrecasteaux (1737-1793), envoyé par le roi Louis XVI à la recherche de La Pérouse (parti trois années plus tôt à la découverte du Pacifique), appareilla de Brest en septembre 1791 avec les frégates L’Espérance et La Recherche pour explorer l’océan Indien et le Pacifique Sud. Le contre-amiral parvint le 17 janvier 1792 au cap de Bonne-Espérance, reconnut en mars l'île d'Amsterdam, puis en Australie du Sud, l’archipel de la Recherche, la baie de la Recherche, le port d’Espérance, le détroit d'Entrecasteaux, l'île Bruni, la pointe Riche, la pointe Gicquel…

Mais c’est Nicolas Baudin qui cartographia précisément les côtes occidentales du continent lors de son expédition partie du Havre avec Le Naturaliste et Le Géographe. Le 30 mai 1801, le Charentais longeait « une côte ennuyeuse sans trouver de mouillage… (et) aucune trace apparente de cours d’eau douce. En revanche, des feux indiquaient la présence d’indigènes… ». Il va ainsi nommer nombre d’îles, de caps, d’archipels, de baies, de pointes et de golfes avec les noms de ses officiers, du golfe de Joseph Bonaparte au Nord, jusqu’à l’île Kermadec au Sud. Baie du Géographe, canal du Naturaliste, cap Bouvard, estuaire Freycinet, îles Ronsard et Bernier, péninsule Péron… Et dans l’archipel Bonaparte, ce sont les noms des hommes illustres de l’époque et les personnages de la littérature ou de l’armée qui indiquent les amers remarquables ! Suffren, Jussieu, Colbert, Montesquieu, Fénelon, Laplace, Monge, Bernoulli, Buffon, Lamarck, Lavoisier, La Fontaine, Corneille, Molière, Voltaire, Borda, Descartes, Racine… restent encore à ce jour, les caps, les pics, les promontoires, les presqu’îles (que dis-je, les péninsules !) de toute cette côte occidentale australienne."

DBo.

Aucun commentaire: