jeudi 16 octobre 2008

"Des éléments nouveaux sur le déroulement du drame ont été découverts..."

AFP 17 oct. 08

"NOUMÉA (AFP) — Des éléments nouveaux sur le déroulement du drame ont été découverts lors la dernière campagne de fouilles sur le site du naufrage des navires du navigateur et explorateur français Lapérouse en 1788 à Vanikoro, dans le Pacifique, ont indiqué mercredi les membres de l'équipe de fouilles.

"Nous n'avons pas trouvé de bouteille, avec un message racontant les faits, mais nous avons atteint notre objectif, qui est de mieux comprendre ce qui est arrivé, il y a 220 ans", a déclaré Jean-Louis Battet, ancien chef d'état-major de la Marine, en charge de la mission interministèrielle sur l'explorateur Lapérouse.

Dotée de moyens d'envergure, la huitième campagne sur les épaves des navires L'Astrolabe et La Boussole au large de Vanikoro, aux îles Salomon, s'est achevée en milieu de semaine, au terme d'un mois de fouilles.

Quelque 120 personnes - scientifiques, passionnés et membres d'équipage - embarquées sur le bâtiment "Dumont d'Urville" de la Marine, arrivé mercredi à Nouméa, y ont participé.

"Nous savons désormais comment s'est produit le naufrage de La Boussole dont l'ancre s'est accrochée sur le récif. Nous disposons aussi de neuf pistes sur la destination d'un bateau de secours construit par des survivants", a déclaré Alain Conan, président de l'association Salomon, à l'origine des premières recherches, il y a plus de 25 ans.

A terre, où l'association avait mis au jour en 1999 les vestiges d'un "camp des Français", les archéologues n'ont en revanche découvert aucune tombe.

De l'épave de La Boussole, frégate commandée par Lapérouse qui git à environ 12 mètres de fond sur le site dit de la faille, 159 pièces "arrachées à la paroie corallienne" ont été remontées.

Les objets amérindiens, que l'expédition avait collectés lors de son passage en 1786 en Alaska, sont les plus significatifs.

Il s'agit notamment d'une amulette sculptée en os de baleine et de deux mailets à main en pierre des Indiens Tinglit. "Ils vont faire pâlir d'envie les gens du musée de l'homme ou du Quai Branly", a estimé Alain Conan.

Une médaille en bronze à l'effigie de Louis XVI et de Marie-Antoinette, un plomb de sonde de 46 kilos ou encore une soupière en porcelaine de Macau ont également été remontés.

Ces objets vont rejoindre la collection de plusieurs milliers de pièces qu'a rassemblée depuis le début de ses travaux l'association Salomon. Une partie d'entre eux a récemment été exposée au Musée de la Marine à Paris."

Aucun commentaire: