mardi 23 septembre 2008

"Vanikoro est sortie de la nuit dans la grisaille un peu avant 05 h 30."

Le carnet de Campagne de l'Amiral Bellec à Vanikoro.
source: operationlaperouse2008.fr
20 sept. 2008


Les contours très aplatis du mont Kapogo se sont précisés lentement sur fond de joli ciel nacré. L'émotion est toujours aussi forte. Vanikoro est fascinante. Chargée d'un formidable potentiel d'émotion sourde et de tristesse, elle dissimule ses turpitudes sous un abord rieur. Elle attire comme un aimant. Comme les sirènes appelaient Ulysse. Parmi les millions d'îles du Pacifique, c'est ici où il n'ya rien à voir de plaisant ni d'utile que nous avons rendez-vous passionné avec des âmes. Ou des esprits selon la tradition orale de Vanikoro. Et comme d'habitude,l'île nous fait son cinéma. Elle avait déjà salué notre départ en 2005 d'un époustouflant coup de projecteur final quand nous sortions de la passe. Ce matin, le soleil qui grimpait derrière le nuage toujours accroché au volcan perce à 06 h 00. Il surgit juste au-dessus de Vanikoro dans une gloire de lumière éblouissante. Yves Bourgois qui faisait grise mine devant la lumière un peu plate me fait de loin un geste fataliste qui veut dire "Et voila !" L'aguicheuse nous refait le coup de la séduction. Il est clair qu'elle joue à nous montrer tout ce qu'elle sait faire. Et parmi ses talents, elle a malheureusement celui de dissimuler ses forfaits derrière un mystère qui dure depuis 220 ans. Nous verrons bien qui cédera le premier. Après avoir fait baliser le chenal par un Zodiac, le commandant Gilles met le cap sur la passe. Nous la franchissons à 08 h 20, par un joli vent "frais" comme disent les marins. L'ancre tombe à 08 h 46 devant Païou, non loin des voiliers Kalim et Te Fetia engagés par l'Association Salomon, qui viennent d'arriver. Nous sommes à pied d'oeuvre.
L'opération Lapérouse 2008 commence.

Aucun commentaire: